Entre le mois de mai et le mois de septembre 2009,http://ralphlaurenfemmew

polo ralph lauren,http://ralphlaurenfemme.webs.com/,ralph lauren pas cherDès l’annonce de l’émergence du virus A(H1N1) et du risque pandémique qu’il représentait, les ministères chargés de la Recherche et de la Santé ont confié à l’IMMI (Institut de Microbiologie et de Maladies Infectieuses),polo ralph lauren, au nom d’AVIESAN,polo ralph lauren homme, la coordination des recherches H1N1,polo ralph lauren pas cher. Une organisation permettant de répondre à la fois aux critères d’exigences de qualité scientifique,polo ralph lauren pas cher, de transparence et de réactivité dans une situation d’urgence a été mise en place de novo. Parallèlement, les organismes de recherche, les ministères, les agences et le secteur privé ont été sollicités pour le financement des projets,ralph lauren pas cher.

Entre le mois de mai et le mois de septembre 2009,polo ralph lauren,Bilan et perspectives de la recherche à un an, l’IMMI a reçu une trentaine de projets,ralph lauren femme, qui tous ont été évalués par des experts indépendants,ralph lauren pas cher. Plus d’une vingtaine ont été retenus, pour la majorité des projets de recherche clinique comportant des modules de virologie, d’immunologie, de génétique et de sciences humaines et sociales,polo ralph lauren.

En France,polo ralph lauren pas cher, le pic épidémique a eu lieu fin novembre-début décembre 2009,doudoune ralph lauren. En tenant compte d’hypothèses hautes et basses sur les proportions de cas asymptomatiques,polo ralph lauren, l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) estime qu’entre 7,polo ralph lauren,7 à 14,ralph lauren pas cher,7 millions de personnes ont été infectées en métropole,ralph lauren pas cher. L’épidémie a touché majoritairement les moins de 65 ans, contrairement aux grippes saisonnières,polo ralph lauren. Si le nombre de décès directement imputable à la grippe apparaît plus faible que lors des grippes saisonnières,polo ralph lauren pas cher, l’âge des personnes décédées incite toutefois à réfléchir en termes d’ “années de vie perdues”,abbigliamento online.

En avril 2010 l’InVS recensait 1334 formes graves (réanimation ou soins intensifs) dont 74% chez les 15-64 ans et 312 décès,polo ralph lauren. Aucun facteur de risque n’a été retrouvé chez 16% des patients ayant développé une grippe sévère,Epluchez les navets,http://ralphlaurenfemme.webs.com/,ralph lauren pas cher. Les 15-64 ans ont été particulièrement touchés par des formes graves de la grippe pandémique puisqu’ils représentent 66% des décès contre 7% en moyenne pour la grippe saisonnière,ralph lauren home. Selon l’InVs, 80% des patients en soins intensifs présentaient des pathologies associées et notamment des maladies respiratoires chroniques. Présenter une obésité morbide (avec un IMC> 40), être enceinte ou avoir moins de un an durant l’épidémie de grippe A(H1N1) ont constitué des facteurs de risque de grippe sévère selon l’InVS. Les deux premiers facteurs n’étant pas associés à un risque accru pour la grippe saisonnière,lunettes ralph lauren.

Un registre national sur la grippe pandémique au cours de la grossesse a été ouvert en collaboration avec l’InVS entre le 1er septembre et le 31 décembre 2010 (1),polo ralph lauren italia. Sur 315 patientes incluses,ralph lauren femme, 40 ont été hospitalisées en réanimation – dont une majorité de femmes dans leur 3ème trimestre de grossesseet 3 sont décédées,polo ralph lauren pas cher. Toutes les femmes hospitalisées ayant présenté une forme grave de grippe ont été traitées par antiviral ce qui semble avoir limité les issues défavorables,ralph lauren pas cher. Les analyses préliminaires confirment que la grossesse et notamment le 3ème trimestre est un facteur de risque de grippe sévère avec des conséquences lourdes pour la mère et moindres pour l’enfant,polo ralph lauren pas cher. D’après les conclusions du registre, le nombre de cas sévères et la mortalité maternelle des femmes enceintes apparaît plus faible en France que dans d’autres pays, ce qui pourrait s’expliquer par les recommandations de prescription précoce d’oseltamivir aux femmes enceintes.

Taux d’immunisation de la population

5,7 millions de personnes ont été vaccinées contre la grippe pandémique. L’incertitude sur le nombre de cas de grippe asymptomatiques ne permet pas d’évaluer de manière précise le nombre de personnes immunisées contre ce virus H1N1 ayant circulé en 2009. Différents projets basés sur une analyse sérologique ont été mis en place afin de déterminer ce pourcentage de formes asymptomatiques en population générale et au sein des populations à risque.

Les Centres Nationaux de Référence, avec différentes équipes du réseau des laboratoires chargés du diagnostic de la grippe A(H1N1) en France, ont évalué dans un premier temps la performance des tests de diagnostic chez l’homme et montré le manque de sensibilité des tests de diagnostic rapide utilisables au lit du malade,Bilan et perspectives de la recherche à un an. Des travaux en cours concernent la mise au point de tests de diagnostic rapide plus fiables et plus sensibles. D’autres travaux ont permis la mise au point de tests de détection rapide des résistances.

A Lyon, en collaboration avec le laboratoire de haute sécurité P4 Inserm, les chercheurs ont étudié la capacité de réassortiment du virus H1N1 pandémique avec des virus H1N1 saisonniers naturellement résistants à l’oseltamivir,si vous connaissez un peu l 9Telecom,http://ralph. Bien que le virus H1N1 2009 montre un potentiel de réassortiment in vitro, il s’est avéré très stable au sein de la population durant l’épidémie et aucune mutation n’a pu être associée à ce jour à une plus forte virulence. Des travaux sont en cours qui visent à déterminer si certaines formes graves observées peuvent être mises en relation avec des mutations génétiques du virus,240 All Jacques Monod B M2,http://ralphlaurenfemme.

chez les personnes infectées par le VIH et pour lesquelles la littérature avait montré des formes plus graves de grippe, le vaccin avec adjuvant a montré une efficacité supérieure au vaccin sans adjuvant en termes d’immunité, sans effet sur la charge virale et le taux de CD4. Le vaccin sans adjuvant était mieux toléré au plan des réactions locales et systémiques.

chez les femmes enceintes pour lesquelles les autorités sanitaires ont recommandé un vaccin sans adjuvant, les premiers résultats montrent une bonne immunogénicité du vaccin et une bonne tolérance. On ne connaît toutefois pas la durabilité de la réponse immunitaire.

chez les patients transplantés rénaux vaccinés avec un vaccin sans adjuvant, les premiers résultats montrent une bonne tolérance du vaccin mais une efficacité moindre que dans les groupes précédents.

Ces différentes études ont permis de sensibiliser les équipes prenant en charge ces patients à la problématique de la vaccination et de générer des données dans ces populations qui ne sont pas concernées par les essais menés par les industriels.

Quelles leçons tirer pour la recherche en situation d’urgence ?

Les équipes de recherche appartenant aux différents membres d’AVIESAN ont montré une très bonne réactivité et une capacité d’adaptation des projets à la réalité épidémique ainsi qu’une capacité à développer rapidement des projets multidisciplinaires sur la grippe. Des processus d’évaluation de qualité et la relative souplesse des services administratifs dans ce contexte inédit sont des éléments positifs relevés par la communauté des chercheurs.

This entry was posted in News and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply